Le mouton de Sologne, un emblème !

Voilà une race très ancienne ayant connu son apogée en 1850 avec 300 000 bêtes, et frôlé l’extinction avec seulement 300 têtes en 1970, malgré la création d’un flock-book en 1942… Une situation dramatique enrayée de justesse par la mise en place d’un programme de gestion génétique initié par Patrice Pinguet, ancien maire de Nançay et premier président du flock-book.

Avec sa jolie tête rousse dépourvue de cornes et de laine et sa belle toison bise, le mouton de Sologne est reconnaissable entre tous.
Céline Boulay, éleveuse de 70 brebis à Chitenay en sait quelque chose : « sa couleur marron caramel est unique et gros atout de son image ! Et puis mes brebis sont hyper-rustiques, explique t-elle, puisqu’elles vivent en plein air toute l’année, font leurs petits dehors, tout en supportant l’humidité de l’hiver les pieds dans l’eau, ou la sécheresse de l’été ».

Un mouton réputé aussi pour son excellente aptitude au défrichage des terroirs difficiles et pauvres, qu’il valorise. Le projet « Pâturages des bords de Loire », englobant 90 hectares autour de Blois, est un gros projet que Céline Boulay et deux autres éleveurs de la région, vont démarrer dès le mois de juin. « Pour qu’à terme en 2024, nous développions nos élevages jusqu’à atteindre un total de 600 brebis ! »

Vous aimerez surement

À la maison, Meung-sur-Loire

À La Maison

Les Sablés de Nançay

Les Sablés de Nançay

Le Talmelier, Meung-sur-Loire

Le Talmelier

L’asperge… So Solognote !

L’asperge… So Solognote !